vegetal84
 

Lire le Végétal - Apprendre une nouvelle langue


"Il a quelque chose de triste dans le fait que les dix chants d'oiseaux différents qu'on entend chaque jour ne parviennent pas au cerveau autrement que comme bruit blanc, ou au mieux évoquent un nom d'oiseau vide de sens; c'est comme des langues anciennes que plus personne ne parlerait, et dont les trésors sont invisibles." Manières d'être vivant, B. Morizot.

Depuis que je m'initie à la lecture du Végétal, j'ai la même sensation que d'apprendre une langue étrangère. Notre conception même de la "Nature" nous a éloigné d'elle, de ses signes de son langage et nous parait maintenant assez opaque. Nous nous sommes positionnés à part, hors du cadre naturel, en fonctionnant comme si nous pouvions nous passer du vivant. Je dois vous avouer que ce fut mon cas pendant une bonne partie de ma vie. La Nature a longtemps été un simple décor. D'abord celui celui d'une jolie campagne vallonnée et verdoyante théâtre idéal pour des vacances scolaires, qui se réduisait à quelques arbres et morceaux de pelouse à l'odeur douteuse lorsque je rentrais en ville. En choisissant de travailler au contact du Végétal, je m'acclimatais au langage multiple qui nous entoure et cela peut devenir vertigineux. Petit à petit, je me suis m'intéressée aux espèces et essences qui m'entouraient. Et il me vint cette pensée: et si le Végétal autour de moi n'était pas seulement un support, un cadre de vie agréable, une production de ressources, mais aussi une source infinie d'information? Et si cette organisation spontanée, obtuse, résistante avait un sens, voir même une multitude de sens? Il restait à en tirer les fils pour dérouler la pelote d'une compréhension multi-dimensionnelle du vivant.

A partir de ce jour-là, ce fut comme apprendre une nouvelle langue. On est d'abord submergé par l'inconnu avec quelques rudiments, quelques mots de vocabulaire. Puis, peu à peu les wagons se raccrochent et on commence à y trouver des bribes de sens. La lecture du Végétal répond à cette même logique. Avec en bonus le fait que tout dans le Végétal est cohérent et que rien n'est laissé au hasard.

Lorsque nous sommes disponibles et prêts à être enseignés, il offre de nombreux signes et significations. C'est un monde foisonnant d’interactions, complexe et riche en sens. Comme le souligne B. Morizot dans son ouvrage la traduction du vivant est inépuisable. D'abord parce qu'il hérite d'un feuilleté de possibles qui ont eu des sens, des usages et des fonctions différentes dans son histoire et qu'on ne peut pas résumer à la fonction dominante actuelle. Ensuite parce qu'il use de ces potentiels avec inventivité et liberté. Les tiges peuvent être les supports floraux comme des lieux de ressources, d'appel d'autres espèces, ou même d'abris pour la faune et flore environnante.


"Avec la vie, chacun fait ce qu'il veut de ce que l'évolution a fait de lui, chacun subvertit, détourne et invente à partir de la richesse de ses héritages."

Je vous invite à cette initiation au Vivant pour pouvoir commencer à échanger avec votre milieu, ne plus lutter contre mais suivre son déploiement et y puiser toute la richesse disponible. Pour moi une de ces facettes s'appelle "Lecture de l'Enherbement Spontané". Une lecture de l'existant pour comprendre comment fonctionne le sol sa dynamique au milieu. Ainsi, votre sol n'est plus seulement un support de culture, c'est un milieu vivant et complexe qui offre beaucoup de pistes pour l'enrichir.

54 vues0 commentaire