vegetal84
 

Les outils de l'agriculture sensible: nos sens


Comme l’indique son intitulé, l’agriculture sensible s’adresse à nos sens. Pour aussi simple que cela puisse paraître, nous avons plutôt tendance à désavouer nos cinq sens qu’à nous y fier pour valider nos pratiques. Parcourons ensemble cette palette d’outils et comment ils deviennent des indicateurs fiables pour nos prises de décision.


  • La vue. L’observation est la première des actions dans la culture. En travaillant avec du vivant, elle est une des sources d’information les plus fiables car relevant du terrain. C’est par là que nous relevons la santé du végétal et de son environnement. L’observation demande du temps et c’est peut-être le bien dont nous manquons le plus. Elle requiert donc un espace/temps spécifique où nous redécouvrons et documentons ce qui nous entoure pour le comprendre ou le voir d’une nouvelle manière.

  • Le goût et l’odorat. Nous pouvons suivre notre culture non seulement par les chiffres mais aussi en la goûtant, en la (res)sentant. En goûtant et humant votre production, vous vous mettez à la place de vos consommateurs. Vous appréciez avant eux ce que vous leur proposez. Combien de producteurs ne consomment pas leurs marchandises? Si votre production ne vous plait pas, pourquoi plairait-elle à d’autres?

  • Le toucher. C’est un sens que nous exerçons si nous descendons des tracteurs. Parcourir ses vignes, les toucher, être à même hauteur permet de reprendre contact avec son végétal.

  • L’ouïe. Ouvrons nos oreilles à ce qui nous intéresse d’explorer. Nous échangeons beaucoup autour des pratiques. Beaucoup de formations, d'informations sont disponibles par des associations, par des techniciens et consultants. L’écoute est l’ouverture à de nouvelles propositions qui permettront de repenser ou d’appuyer ce que vous mettez en place.


Toutes les informations venant des 5 sens sont valides. Elles ont du sens. Ne bloquons pas sur l’une d’entre mais prenons les aussi comme sources d’information. Confronter ce que vous écoutez à votre ressenti. Est-ce que cela conforte ou dément un pré-senti que vous aviez déjà par vos autres sens?

Ces données nous donnent une vision globale dans laquelle nous pouvons piloter et de nouveaux repères qui nous guideront dans les méthodologies qui impliquent la connaissance des plantes, des arbres et du sol. Grâce à elles, nous sentirons que nous sommes déjà assez outillés pour prendre des décisions avant d’en voir les résultats.

Plus nous serons ouverts à nos sens, plus nous serons engagés dans les décisions que nous prenons, et plus nous verrons les conséquences et les résultats. Nous ne sommes plus des juges extérieurs à nos cultures qui comparent des techniques, du matériel ou des produits, nous sommes acteurs de nos cultures.


29 vues0 commentaire